Accueil du site > Citoyenneté > Porteurs de Paroles > « Arrête de faire la crêpe et va voter !  »

« Arrête de faire la crêpe et va voter !  »


Dans le cadre de la mission « stimulation du désir de citoyenneté active  », des animations « crêpe party  » se sont déroulées les 18 et 19 Décembre 2013 respectivement sur les campus universitaires Saulcy et Bridoux. L’UDMJC de Moselle s’est emparée des réfectoires pour mettre les petits plats dans les grands. Des centaines de crêpes ont été distribuées. Mais revenons tout d’abord sur le concept de l’événement.

Notre équipe de jeunes volontaires investissent les lieux pour réaliser et offrir sur place, des crêpes aux étudiants fraichement concernés par le droit vote. Nous proposons un large choix de parfums allant de la traditionnelle crêpe au sucre, la crêpe àla confiture, jusqu’àla crêpe au chocolat. « Tu es inscris sur les listes électorales et tu possèdes ta carte d’électeur, alors tu peux choisir le parfum de ta crêpe. En revanche, si tu n’es pas inscris, tu ne choisis pas ta crêpe et nous t’imposons le parfum.  »

Le principe de l’animation n’est pas de réaliser un « contrôle des papiers  » ni même de venir moraliser les jeunes étudiants. L’esprit de cet événement réside davantage dans la mise àdisposition d’informations et la médiation autour du suffrage.

Attirés par l’odeur des crêpes et par l’effervescence autour de notre stand, les étudiants s’approchent et s’arrêtent pour comprendre le principe. Les jeunes s’interrogent sur la gratuité des crêpes, et s’étonnent lorsque nous leurs en offrons. Comme attendu, la crêpe est devenue notre principal élément d’accroche. Elle permet de créer rapidement le lien et d’amorcer la médiation. Nous expliquons les grandes lignes du projet puis nous entamons une discussion autour du vote. Nous voulons d’abord savoir si les étudiants sont inscris ou pas. Puis nous cherchons àconnaître leur implication dans la vie de la société en maintenant un dialogue strictement neutre et impartial. Un « porteur de parole  » vient s’ajouter àla dégustation. Nous permettons aux étudiants volontaires de s’exprimer librement au sujet du vote, grâce àdes panneaux que nous installons au sein des réfectoires. Les étudiants en passage sont ainsi libre de lire les avis de chacun, et pourquoi pas d’inscrire àson tour son propre avis sur la question.

« Est-ce que les étudiants se sentent véritablement concernés par les élections municipales et européennes ?  »

En réponses, les avis sont partagés. Certains étudiants se sentent impliqués, et s’investissent. Le vote est un acte nécessaire, indispensable et utile selon eux. Pour d’autres en revanche, la sphère politique reste un élément vague qui ne les concerne pas encore. Nous avons noté que la principale difficulté às’investir émane du lieu de résidence. Les jeunes quittent le nid familial pour s’installer dans une ville où ils étudient. Ils ne se sentent donc ni concernés par leur commune natal, ni par leur ville d’étude. De plus, les jeunes sont plongés dans la vie étudiante, qui demeure encore trop souvent en marge de la réalité.

Malgré les multiples sources d’informations au sujet du droit de vote, nous constatons qu’il est encore nécessaire d’apporter des précisions, de rappeler les échéances d’inscription et les modalités, ainsi que les dates des élections en 2014. Pour rappel, les élections municipales auront lieu les 23 et 30 Mars prochains, tandis que les élections européennes se dérouleront le 25 Mai 2014.

Les étudiants ont été très réceptifs àces animations. Ils soulignent parfois le manque de présence des institutions et nous invitent volontiers àrevenir courant 2014. Nous mettons l’accent sur les équipes des restaurants universitaires qui se sont montrées disponibles et volontaires. L’ensemble des services de la Mairie de Metz ont été également un appui et un soutien logistique et humain indispensable.